A épingler dans votre agenda : le cross de Wellin le dimanche 12 janvier 2020 et le dîner du ROCA le dimanche 15 mars 2020 à la salle St Pierre de Wavreille.

 

Publié par Rocadmin

ENCORE UN COUP ….
La preuve par 51

Les jeunes de Rochefort et des environs qui veulent pratiquer l’athlétisme doivent avoir un caractère bien trempé.  Depuis plus de 40 ans, ils ont été entourés et soutenus par de nombreux bénévoles qui ont œuvré à l’existence d’un club ( soit l’Athlétic Club Lesse et Lomme des années 60 ; soit, ensuite, l’ARCH, et, depuis une dizaine d’années, le ROCA) dynamique dont la mission était de leur permettre de s’épanouir par la pratique du premier sport olympique, et ce, dans les meilleures conditions.

Nous n’allons bien sûr pas ici (ce n’est pas le but de ce texte) retracer l’incessant travail des dirigeants qui se sont succédés à la tête du club, pour obtenir des autorités responsables la construction d’installations simples, mais adaptées à la pratique de l’athlétisme à Rochefort où ce sport est pratiqué depuis un demi siècle (on l’a déjà dit, mais on aime le répéter) avec enthousiasme et succès.

Au palmarès du club, on retrouve en effet, des champion(ne)s francophones, de Belgique, des internationaux et aussi, François GOURMET maintenant au niveau  mondial et qui fut de nos équipes de jeunes jusqu’à la catégorie des juniors.

Il y a +/- trois ans, un nouveau désappointement nous ‘tombe dessus’.  Lors d’une réunion à l’hôtel de ville avec les représentants d’autres clubs (autres sports) Rochefortois, la position de la ville, en ce qui nous concerne, a été clairement exprimée : nous ne devions pas rêver d’une piste d’athlétisme, la construction de pareille infrastructure ne se ferait pas.

Les animateurs du ROCA, après avoir ‘digérer’ cette nouvelle déception, ont pourtant décidé de repartir de l’avant. 

Si depuis de nombreuses années, un stage de six à huit semaines était organisé en septembre/octobre avec pour but d’attirer de jeunes athlètes au club, il fallait bien constater que dans les catégories des jeunes de 7 à 12 ans, (Benjamin(e)s, pupilles et minimes) c’était la désolation : beaucoup trop peu de monde.  Il était urgent de remédier à pareille situation.

Pour le stage fin 2008, le Conseil d’Administration décidait qu’en plus de l’annonce traditionnelle du stage dans le journal publicitaire local, d’informer les jeunes de la tenue de ce stage via les écoles e leurs professeurs de sport.  C’est Madame Goblet Duffaux qui se chargea de cette mission.

Nul doute qu’elle sut convaincre ses interlocuteurs car, à la fin du stage, on avait enregistré le passage de cinquante et un jeunes filles et garçons.  C’est la plus forte participation à un stage de ce type depuis que le ROCA existe.

Pour les jeunes qui, à la fin du stage, décident de s’essayer en compétition, le début est très exigeant.  En effet, il faut commencer par la saison d’hiver avec le cross-country. Ceux qui terminent l’hiver avec le moral intact,  vont découvrir l’athlétisme.  Ils vont se lancer dans la compétition et se ‘décarcasser’ pour battre leurs records personnels et mesurer ainsi leur progrès.  Cela va en passionner beaucoup.

Nouvelles grosses satisfactions : parmi les cinquante et un qui étaient venus jeter un ‘petit coup d’œil’ vers l’athlétisme en octobre, il y en a une quinzaine qui vont se lancer dans la compétition athlétique début avril.  Ils ont ‘digéré’ l’hiver.

Le ROCA repart cette année avec des équipes de Benjamin(e)s, Pupilles et Minimes filles et garçons, nettement renforcées.  C’est important pour la vitalité du club lors des prochaines saisons. 

Que conclure après ces mois vécus avec ces jeunes athlètes et leurs parents ?

Trois remarques principales

1° l’athlétisme intéresse beaucoup de jeunes (et même de très jeunes) et ils sont soutenus et encouragés par leur entourage.  Les parents amènent leurs enfants au complexe sportif de Jemelle pour les entraînements deux fois par semaine.  Il y en a qui se déplacent de Lavaux-Ste-anne, Eprave, Buissonville, Frandeux, Han, … (qui prétend que ça n’existe plus ?)

2° l’esprit un peu familial (c’est voulu) qui existe au ROCA est particulièrement apprécié et les parents aident spontanément au bon fonctionnement du club.

3° enfin, tous sont enthousiasmes par l’atmosphère qui règne sur les pistes lors des compétitions.  Bien sûr les luttes sont sévères entre les participants pour obtenir le meilleur classement possible, mais le respect de tout adversaire, le fair play ambiant, la sincérité et la spontanéité des congratulations d’après compétition, autour des podiums, oui, tout cela est très apprécié.

Nous sommes donc encouragés pour continuer notre action pour les jeunes. 

L’athlétisme peut prendre une place important dans la formation des jeunes.  Ce n’est pas un jeu.  C’est une discipline qui les encourage à travailler et à progresser en améliorant leurs records personnels.  En athlétisme on réalise des performances et nos pas des scores qui ne sont jamais que pure subjectivité.

Comme le temps fait parfois bien les choses, nous espérons qu’un jour, le dossier traitant de l’infrastructure sportive de Rochefort sera revu et que l’athlétisme y trouvera son compte.  En tout cas, les jeunes et leurs parents interpellent dans ce sens. 

Pourquoi les athlètes ne seraient-ils pas traités comme les pratiquants d’autres disciplines sportives qui disposent d’infrastructures adaptées à leurs activités ?

Cette année, ils ont été cinquante et un à se manifester et à redire que l’athlétisme veut vivre à Rochefort et qu’il conviendrait de mettre à leur disposition, l’infrastructure nécessaire.

                                                           

Agnès et Marcel Delhalle

D’EPEE DANS L’EAU ????                                                               


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article