A épingler dans votre agenda : le cross de Wellin le dimanche 12 janvier 2020 et le dîner du ROCA le dimanche 15 mars 2020 à la salle St Pierre de Wavreille.

 

Publié par Agnès

 

A bâtons rompus avec la présidente

 

Depuis maintenant bientôt quatre ans que je suis à la tête du ROCA, quelle n’est pas ma surprise, d’entendre régulièrement la même réflexion lorsque paraît notre publicité pour le stage d’initiation à l’athlétisme : ‘Ah, il y a un club d’athlétisme à Rochefort ?  nous ne savions pas !  C’est récent ?’

Alors, il me semble qu’un petit coup d’œil en arrière sur son histoire nous pourrait en intéresser plus d’un.

L’athlétisme à Rochefort a vu le jour voici environ 45 ans, vers 1965 – 1966.

A la demande de Monsieur Henry Halloy qui était impliqué à l’époque dans la vie de l’Institut Saint Joseph de Rochefort, Monsieur André Pierrard, professeur de gymnastique dans cette école et que je remercie d’avoir bien voulu répondre à mes questions, lance le club d’athlétisme de Rochefort.

Très vite, le nombre d’affiliés augmenta et certains garçons de Han-sur-Lesse se retrouvent parmi eux.  A son baptême, le club reçu donc le nom d’Athlétic Club Lesse et Lhomme (ACLL) parce qu’il se composait de deux sections : Rochefort et Han-sur-Lesse.

Les personnes qui rejoignirent Mr Pierrard dans l’aventure étaient : Messieurs Léon Charlier, Maurice Picard et Auguste Gourmet pour la section de Han-sur-Lesse, Messieurs Willy Dardenne (secrétaire), Marcel Delhalle (entraîneur), et le regretté Roger Delvaux qui en était le président.

A cette époque, seuls les garçons étaient admis au club.  C’est ainsi qu’Annie Delhalle et moi-même, nous retrouvâmes affiliées à Binche, club auquel Marcel Delhalle, notre papa, était affilié depuis une vingtaine d’année.

Quelques années après sa création,  pour répondre à la demande, l’ACLL s’ouvre aux filles, une des premières affiliées fût Anny Maboge, coureuse de 800 mètres.

L’ACCL organisait deux cross par an, un à Rochefort et un à  Han-sur-Lesse.  Les entraînements se déroulaient dans les bois des Falyse et au Parc des Roches, sur le terrain de football.  C’est d’ailleurs dans ledit parc que les premiers cross pour les filles se dérouleront, bien à l’abri des regards indiscrets. (règlements fédéraux … de cette époque !)

L’ACLL était un jeune club dynamique. A quelques kilomètres de là, il y avait le club de Ciney, tout aussi dynamique, né quasi à la même époque et à l’Institut St Joseph à Ciney.

Un jour, ces deux ‘petits’ clubs décidèrent de « fusionner » afin de pouvoir former des équipes valables pour participer aux championnats de Belgique intercercles.  En 1973  l’Association Rochefort Ciney Han vit le jour,  l’ARCH était né.  Les personnes qui travaillèrent à la création de ce club étaient du côté Rochefortois, Marcel Delhalle, Willy Dardenne, Lucien Duchesne et Roger Delvaux, et du côté de Ciney, Jacques Fonzé, Jean-Marie Branle et Paul Wilmet.

Une dynamique terrible se mit en marche.  L’Association Rochefort Ciney Han devint un club important et deux nouvelles sections virent le jour : la section de Bande, animée par Mr et Mme Debackere et Michel Van Dooren, et la section de Dinant avec Mr Antoine Tixhon

Les entraînements sont organisés dans chaque section : terrain de football de Bande, piste du collège de Bellevue à Dinant, Institut Saint Joseph à Ciney et Zoning industriel et parc des Roche à Rochefort

Afin de courir un maximum de cross en se déplaçant un minimum, et d’affiler dans toute la région, des cross internes au club sont organisés dans la région : Braibant, Laloux, Schaltin, Havrenne, Montgauthier, Lavaux Sainte Anne, Bande, …

                                                                                                                                             

Les équipes pistes interclubs atteignent des sommets ….

Dans les compétitions intercercles sur piste, il y a deux niveaux nationaux, division I et II et quatre niveaux régionaux.

L’ARCH est ses équipes débutent au bas de l’échelle, soit en division IV régionale.

En moins de 5 ans, les filles et les garçons atteignent la division I régionale.  Les garçons se battront alors chaque année pour la montée en nationale II.  Conduits pas leur chef de file,  Jean-Marie Branle, s’ils n’obtiennent pas cette promotion, ils deviennent un membre permanent de la division I régionale qui regroupe les 12 meilleurs clubs francophones avec ceux qui sont dans les séries nationales.

Mais les filles vont réussir l’exploit de vaincre lors d’une finale des intercercles régionaux de division I et accéder à la division II nationale.

La question à ce moment était : mais que feront-elles face aux équipes flamandes nettement majoritaires dans cette division II nationale ?  pourvu qu’elles fassent bonne figure 

Et bien,  elles ne s’en laissèrent pas compter et deux ans plus tard, elles participaient au match qui donnait accès à la division I nationale. (Comme en football, les play-off entre les meilleures de division II et les « condamnées » de division I)

Disputé par 6 clubs, l’ARCH termina à la 4ème place et était donc classé vers la 15ème place dans la hiérarchie des club Belges.

Cela restera une page d’or dans  l’histoire du club, écrite par une équipe de battantes dont les chefs de file s’appelaient Danièle Vandevoort et Carine Joie dans la section de Ciney et Annie Delhalle, Claudine et Colette Jacquemin et Chantal Hiernaux pour la section de Rochefort.  Mais toutes ont un égal mérite dans cette équipe, car l’amitié, la passion de leur sport et la volonté de se surpasser étaient omniprésentes.

En cross, une autre page d’or existe également.

L’exploit fut réalisé à Ciney où l’ARCH organisait les championnats de cross de la LBFA.

Dans chaque catégorie, le vainqueur intercercle était désigné champion francophone et le classement global intercercle désignait le club champion francophone.

Aussi stupéfiant que ce soit, l’ARCH s’attribua TOUS les intercercles (16 en tout) et bien sûr les classements généraux hommes et dames et était dès lors, le premier club francophone en matière de cross country.

Pour diverses raisons,  vers 1992-1993, les sections se séparent et chacun de reprendre sa route.

La section de Ciney garde le patronyme d’ARCH (Athlétic Running Ciney Haute Lesse).

A Rochefort, l’activité athlétique était devenue  peu importante et cela manquait d’enthousiasme.  C’est +/- deux ans après la séparation d’avec Ciney que la volonté de recréer un club  revient à l’ordre du jour.

Le 21 avril 1994, pour reprendre l’expression de Mr Jean-Marie Martin, ‘le ROCA , Rochefort Athlétisme, était porté sur les fonds baptismaux lors d’une petite réception organisée au hall omnisports à Jemelle.

Les membres fondateurs de ce nouveau club sont : Jean-Marie Martin, président, Marcel Delhalle, vice président, Monique Godfrin, secrétaire, Liliane Dumont Vanhooydonck, trésorière, et comme membre, Annie Delhalle, Marc Delhalle, Chantal Flamang, Yves Godfrin et Anny Maboge.

Depuis la création du  hall omnisports,(1978-1980 ??)  nous nous entraînons à Jemelle où nous disposons d’installations modestes mais que nous exploitons au mieux. Hélas, l’absence d’un piste sera toujours regrettée.

Quelques rochefortois(es) au palmares certain (il s’agit ici d’une liste réduite)

 

Même s’ils sont peu connus de la population locale, certains athlètes rochefortois ont réalisé des performances de niveau national et même internationales avec François Gourmet, décathlonien de niveau mondial. Vous trouverez plus loin son palmarès.

Au ROCA, nous sommes fiers de citer les noms des jeunes athlètes qui, depuis la création d’un club d’athlétisme à Rochefort ont atteint le niveau national.  Cette liste est loin d’être exhaustive mais nous y retrouvons notamment :

Claudine Jacquemin et Françis Dessy : sélectionnés dans l’équipe nationale juniore pour un match contre les Pays Bas (100 mètres haies pour Claudine et triple saut pour Francis) 

Michel Duchesne : champion de Belgique scolaire de saut en hauteur en 1976.  Son record à 2,01 mètre dans cette catégorie reste parmi les meilleures performances de tous les temps.

Marc Grégoire : meilleur Belge en saut en longueur scolaire avec un saut à 6.92 mètres, en 1996

Annie Delhalle : bien qu’affiliée à Binche à l’époque , ses performances méritent d’être mentionnée ici.  Elle a terminé 2ème au championnat de Belgique cadette sur 100 mètres et l’année suivante, en cadette deuxième année, elle a terminé 3ème.  Annie a été championne de Belgique au lancer du poids en master.

Une équipe de 4 x 100 mètres a atteint la finale des championnats de Belgique en 1975 avec un temps de 52’’13. Cette équipe était composée de Cécile Fisette, Colette Jacquemin, Annie et Agnès Delhalle 

Charlotte Guisset : championne francophone toutes catégories en 400 mètres haies alors qu’elle était encore scolaire. Cet exploit réalisé en 62’66 en 2001 reste chronologiquement le 16ème performance belge de tous les temps

Cécile Fissette : championne de Belgique cadette au lancer du disque

Plus près de nous, Tom Bernard,  champion LBFA 2010 au javelot, deuxième aux championnat LBFA 2010 au javelot et troisième aux championnats de Belgique 2010 au marteau

Jérémy Coppe : champion LBFA au 200 mètres

Mathieu Coppe et Geoffroy Jadoul sont dans les meilleurs coureurs de demi fond des provinces du sud de la Belgique.  Ils ont terminé respectivement aux championnats de Belgique juniors espoirs à la 8ème place du 1500 mètres en 4 min. 13sec et 11ème du 1500 mètres en 4 min.21 sec.

Robin Henry : meilleur belge au lancer de la balle de hockey en catégorie benjamin.

            En pupille cette année, il a terminé 3ème aux championnats LBFA de cross (Dour 2011)

Patrice Falque : master 45 a terminé 110° sur 7878 participants au marathon d’Amsterdam en 2010 et y  est classé 5ème de sa catégorie en 2h45’15’’.  Il a terminé 4ème aux championnats LBFA de cross à Dour cet année et 9° aux championnats de Belgique à Vilvorde cette année toujours. 

Anne Berg : une excellente 5ème place aux championnats LBFA cette année à Dour en master 50

D’autres jeunes  promettent, nous verrons dans quelques années ce qu’il en est.

Le Conseil d’Administration du ROCA continuera sur la voie qu’il s’est tracée pour une action sur le long terme.  Politique entamée il y a quatre ans lorsque nous avons pris la gestion du ROCA en main.

L’ouverture aux jeunes

Pour cela, le stage ADEPS devrait être maintenu en septembre-octobre.  La politique de collaboration avec les écoles pour ce stage porte ses fruits.

Le stage rencontre un succès croissant et les affiliations suivent. 

Cette année, avec l’aide de l’Echevinat de Sports, un cross ADEPS pour les enfants de la troisième à la sixième primaire a été organisé au parc des Roches.  Ce fût un succès total.  Les meilleurs de chaque course ont participé à Gembloux à une finale provinciale.  La finale francophone sera organisée le mercredi 6 avril 2011 a Chevetogne, première course à 13h30.  Venez tous nombreux assister à cette finale, ils sont d’années en années un millier de jeunes à participer.  Cette année,  parmi eux des rochefortois et des affiliés à notre club.

Suite à ce cross ADEPS à Rochefort, cinq jeunes nous ont rejoints.

Installations

La première partie de la modernisation, de ce qu’il est possible à réaliser sur le site de Jemelle est terminée.  Pour des questions évidentes de sécurité, il fallait remplacer la cage de protection pour le lancer du disque.  Ce gros investissement est réalisé.

Dans la foulée, nous avons  remis de nouvelles dalles pour déterminer l’aire de lancer de poids ;

 Le projet suivant serait la construction d’un sautoir en hauteur.  Cette épreuve est courante dans les meetings et est à la portée de tous les jeunes dès 7 – 8 ans.

Nous avons commencé à étudier ce projet. 

Le premier problème est de trouver la place où le mettre, puisqu’il nous faut une zone d’élan de minimum 15 mètres.  Nous devrions pouvoir le coincer entre l’aire de saut en longueur, le terrain de football et la cage de disque.

Ensuite, en plus de travaux lourds pour faire la dalle de support du tapis de sol, il sera nécessaire de posséder de nouveaux tapis ainsi que le matériel indispensable pour installer le sautoir proprement dit.  Je parle ici du coussin, des montants, de la latte et du garage pour protéger tout ce matériel.

Nous n’avons pas encore les devis, mais tout laisse à penser, que nous devrons faire preuve d’imagination pour boucler le budget qui sera très élevé.  Pour cela, la « chasse » aux subsides et aux sponsors sera ardue.

Ensuite, il faudra rafraîchir ce qui devient vieillot : le sautoir en longueur, terminer l’aire de lancer de poids, l’aire de lancer de javelot …  Bref, du travail pour environ 10 ans à mon humble avis.

L’esprit ROCA

Nous voulons absolument maintenir l’esprit régnant dans le club : amical et même familial entre tous ceux qui participent à la vie du club.

Le respect total de l’éthique sportive et des règles de bienséances doivent aller de soi.

Notre succès, après quatre années d’effort nous fait plaisir et nous motive. 

Les membres du CA sont décidés à continuer leur action pour les jeunes de chez nous.

Mais nous faisons appel à toutes les bonnes volontés pour nous aider, comme cela se fait si bien lors de notre cross à Wellin.  Nous est indispensable l’aide de nombreux amis du club qui se chargeraient des petites tâches de divers types, qui sont en continuelle récurrence.  Par exemple, l ’entretien de nos installations, apporter son aide aux moniteurs lors des entraînements, apporter son aide à l’organisation de nos manifestations, devenir officiel.. 

L’officiel est à l’athlétisme ce que l’arbitre est au football.  C’est un slogan qui court les rues.

La différence, c’est que l’officiel ne sanctionne pas les athlètes, il juge si la performance est valable.

Pour devenir officiel provincial, il faut passer un petit examen prouvant que les règles de base sont assimilées. 

Si quelqu’un a des compétences ou simplement l’envie de s’investir un peu dans le club … bienvenue.

Le ROCA  est pour moi un sujet sur lequel je peux me montrer intarissable et je pourrais en parler des heures.  Je pense en avoir assez écrit pour aujourd’hui.

Chacun de vous connaît maintenant le style et l’esprit ROCA. Pour en faire partie, il faut respecter les règles sportives et toutes les personnes qui consacrent beaucoup de leur temps pour en aider d’autres à progresser.

J’espère de tout cœur que vous avez pris beaucoup de plaisir à lire ces lignes.  J’ai ‘sué sang et eau’ pour les écrire, j’ai cherché dans mes souvenirs, ceux de papa et ceux de Monsieur Pierrard, que je remercie tous deux du fond du cœur pour leur aide, j’ai lu le peu d’archives que nous possédons et  si j’ai un jour  le temps, d’approfondirai cette page de la merveilleuse histoire de  « 45/50 ans d’athlétisme à Rochefort ».

                                                                                                                                   

                                                                             Agnès Delhalle, Présidente

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article